Placements : 40 ans de performances comparées -

24 juin 2015
Categorie
Immobilier
Commentaires 0

L’Institut de l’Epargne Immobilière et Foncière (IEIF) vient de publier son étude annuelle sur la performance comparée des placements sur courte, moyenne et longue période.

Cette étude compare les performances sur 5, 10, 15, 20, 30 et 40 ans de l’immobilier sous toutes ses formes (logement, bureaux, foncières cotées, SCPI, actifs agricoles) avec les autres grandes catégories de placements tels que les placements monétaires, l’assurance-vie, les obligations, les actions et l’or.

Cette étude permet de constater que ce sont les actions qui, sur la période 1974-2014, ont affiché la meilleure performance. Cependant, il convient de relativiser ce bon résultat par le fait que sur les 15 dernières années les performance des actions sont plutôt faible. Ainsi cette bonne performance globale sur 40 ans est due à la très forte hausse des actions sur la période 1974-1999. L’IEIF souligne qu »un placement en actions aura connu des performances très inégales selon les périodes. Sur les 30 dernières années, de 1984 à 2014, un placement en action offrirait un taux de rentabilité interne de 12,2%. Sur la même période l’immobilier parisien aurait offert une TRI de 10,7%, les foncières cotées 10,5%, l’assurance-vie 8,3%, les SCPI 7,7%, les obligations 6%, le livret A 3,7% et l’or 2,3%.

Chacun de ces placements a connu des périodes fastes et d’autres moins. Ainsi les SCPI et les foncières cotées ont été à la peine dans les années 90 avant de s’envoler dans les années 2000 puis de connaitre un sérieux ralentissement ces dernières années à cause de la crise économique.
De même pour l’or dont le cours fait le yoyo.

Un autre élément intéressant dans l’étude est le degré de risque rapporté à la performance de chaque type de placement.
On constate ainsi, comme vu plus haut, que les actions et l’or présentent un niveau de volatilité élevé alors que l’assurance-vie tire très bien son épingle du jeu avec un degré de risque faible et une rentabilité correcte.
L’immobilier et les SCPI sont également présentés comme ayant une volatilité limitée et une performance tout à fait honorable.

Il ressort de l’étude que si l’on ne veut pas prendre trop de risques et profiter d’une rentabilité correcte et aussi linéaire que possible les placements à privilégier sont l’assurance-vie, l’immobilier physique et les SCPI.
Même si les niveau de rentabilité sont inférieurs à ce qu’ils ont été, on peut encore obtenir une rentabilité nette de plus de 5% dans l’immobilier ou avec des parts de SCPI tout en bénéficiant de la sécurité de l’investissement.

Source : 40 ans de performances comparées (1974-2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *